La formule

L'elixir sommeil est le fruit de plus d'un an de R&D. Afin de vous donner plus d'informations sur notre formule, nous vous partageons notre expertise sur le CBD et les plantes adaptogènes. 

Quelles différences entre les variétés de chanvre ?

Il existe une grande variété de chanvre plus ou moins concentrée en cannabinoïdes, les chanvres dits bien-être, thérapeutique ou récréatif.

  • Le THC, connu du grand public comme une drogue, est un cannabinoïde qui possède des effets psychotropes, c’est-à-dire des propriétés hallucinogènes et euphorisantes avec un risque de toxicité et de dépendance.
  • A l’inverse de son cousin le THC, le CBD est un cannabinoïde qui ne possède aucun effet psychotrope et ne présente aucun risque d’addiction. Il agit dans le sens contraire en calmant le système nerveux, les douleurs et même les insomnies.

Bonne nouvelle, en sélectionnant la bonne variété de chanvre, il est possible de bénéficier de tous les bienfaits du CBD, sans risque de présence de THC et donc sans effet psychotrope !

C’est quoi le CBD broad spectrum ?

Les variétés de chanvre utilisées pour extraire le CBD sont toutes composées de cannabinoïdes ou terpènes, des substances actives qui donnent toutes ses propriétés au CBD. Le procédé d’extraction va permettre d’extraire ces molécules du chanvre pour former un extrait concentré en substances actives. A l’inverse d’un extrait de CBD full spectrum, un extrait broad spectrum contient une synergie de cannabinoïdes et terpènes sans contenir les substances psychotropes, telles que le THC. Il permet ainsi d’allier efficacité et sécurité !

 

Le CBD, simple phénomène de mode ou réelle aide dans le domaine du bien-être ?

Les propriétés des cannabinoïdes sont très variées et celles du CBD sont les plus étudiées jusqu’à présent. Il est présenté comme un remède naturel à un grand nombre de nos maux modernes. Ses propriétés relaxante, antistress, antidouleur et sédative sont de plus en plus démontrées dans la littérature scientifique.

Il intervient dans de nombreux phénomènes physiologiques, et tout ça sans dépendance :

  • Propriétés antistress et anxiolytique qui permettent de combattre le stress en inhibant la surproduction de cortisol et en agissant sur les récepteurs de la sérotonine ;
  • Propriétés analgésiques très intéressantes en cas de douleurs, notamment en cas de douleurs chroniques comme le syndrome prémenstruel ;
  • Action anti-inflammatoire sur les articulations en cas d’arthrite et sur l’intestin en cas de maladie de Crohn ;
  • Propriétés sédatives et relaxantes utiles en cas de problèmes d’endormissement ou de réveils nocturnes réguliers ;
  • Traitement prometteur en cas de cancer que ce soit pour diminuer les effets secondaires causés par la chimiothérapie (douleur ou nausées) ou pour limiter la prolifération des cellules tumorales ;
  • Effet neuroprotecteur qui permet de prévenir les maladies neurodégénératives telles que la sclérose en plaque, la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson.

Alves P. et al. Cannabis sativa: much more beyond Δ9-tetrahydrocannabinol. Pharmacological Research. 157 (2020).

Babson K.A. et al. Cannabis, cannabinoids, and sleep : a review of the literature. Curr Psyshiatry Rep (2017). p.19-23.

Toutes les formes de CBD se valent-elles ? Quelle forme de CBD choisir pour espérer avoir la meilleure biodisponibilité possible ?

Pour rappel, la biodisponibilité représente la vitesse et le taux d’absorption de la substance active dans la circulation sanguine. Quand un produit administré directement dans les veines a une biodisponibilité de 100%, une huile de CBD ordinaire a elle une biodisponibilité de 10 à 20%.

En effet, le CBD est une substance huileuse donc son absorption par l’organisme est faible, son délai d’action plus long et son efficacité moindre.

Bonne nouvelle, le corps humain étant composé à 60% d’eau, le CBD hydrosoluble offre une bien meilleure biodisponibilité. En effet, le corps n’a plus besoin de le transformer avant de l’assimiler. Il est alors nettement mieux absorbé par l’organisme et permet de décupler l’efficacité. En encapsulant le CBD dans des molécules hydrophiles, le CBD va pouvoir se dissoudre dans le liquide gastro-intestinal et être absorbé de manière optimale par l’organisme. Voilà une innovation qui vaut le détour !

Pour booster l’efficacité de notre Elixir sommeil, nous avons donc choisi de rendre notre CBD hydrosoluble en l’encapsulant dans de la gomme arabique, une gomme naturelle issue de l’acacia. C’est l’une des solutions les plus étudiées aujourd’hui.

Voilà en image la différence entre la biodisponibilité du CBD ordinaire et du CBD encapsulé dans la gomme d’acacia, utilisé dans l’Elixir sommeil : le CBD encapsulé est jusqu’à 2,5 fois plus concentré dans le corps et 4 fois plus rapide que le CBD sous forme huileuse.

 

 

 

Le 1er et l'unique ginseng rouge français : entre innovation et tradition coréenne

Fruit de 9 ans de recherche et développement au champ et en laboratoire, c’est l’heure du lever de rideau pour l'unique ginseng rouge français ! Mais alors, qui est donc ce petit nouveau qui rejoint notre gamme « Énergie » ? Quelle est la différence avec le ginseng blanc que certains connaissent et consomment déjà ?    

 

Le 1er et l'unique ginseng rouge français : entre innovation et tradition coréenne

Fruit de 9 ans de recherche et développement au champ et en laboratoire, c’est l’heure du lever de rideau pour l'unique ginseng rouge français ! Mais alors, qui est donc ce petit nouveau qui rejoint notre gamme « Énergie » ? Quelle est la différence avec le ginseng blanc que certains connaissent et consomment déjà ?            

 


Vous êtes de plus en plus nombreux à nous questionner : De quelle plante s’agit-il ? Est-ce une variété aux racines rouges ? L’âge de récolte est-il plus élevé ? Est-il vraiment plus efficace que le ginseng blanc ou que l’extrait de ginseng rouge qui provient de Corée ou de Chine ? Et nous vous comprenons !
Il est aujourd’hui difficile de démêler le faux du vrai tant les informations trouvées sur le web sont denses et hétérogènes. Mais quoi de plus sérieux que la parole d’un producteur français qui chérit ses plants et étudie leur cycle de développement depuis maintenant 9 ans ?         

9 ans déjà que nous avons lancé cette magnifique aventure, que nous avons réussi à déjouer les standards de l’agriculture pour répondre aux besoins physiologiques de cette plante aux vertus énergisantes et stimulantes.     
18 mois que « Jardins d’Occitanie » est né pour vous offrir des produits naturels 100% français de la graine au complément alimentaire (et pas seulement « transformés et/ou conditionnés en France, on insiste).
Oui, du vrai « made in France », sans langue de bois !   
                             
Alors, pour fêter cette nouvelle innovation française, nous avons voulu faire tomber les idées reçues et partager avec vous toutes nos connaissances agronomiques ainsi que les résultats de nos longues années de recherche grâce à notre programme GINS'SIA (soutenu par la région Occitanie).
Aujourd’hui, nous vous disons tout sur les vraies différences entre le ginseng blanc et le ginseng rouge pour vous aider dans votre choix, en pleine conscience. 

[1] «Il existe deux types de racines : une blanche pour le ginseng blanc et une rouge pour le ginseng rouge»             
> C'EST FAUX

Le ginseng rouge et le ginseng blanc sont issus de la même espèce de plante : le Panax ginseng C.A Meyer. Tous les ans, au mois d’octobre, les racines de ginseng sont récoltées dans nos champs. Elles sont ensuite lavées et déshydratées à basse température pour en retirer l’eau et permettre une meilleure conservation de leurs principes actifs.
Les racines sont ensuite broyées en conditions contrôlées afin d’obtenir une fine poudre de faible granulométrie (inférieur à 300um).           
Pour obtenir du ginseng rouge, la complexité s’accrue ! Avant séchage, les racines bénéficient d’un traitement naturel issu des méthodes traditionnelles coréennes. 4 paramètres spécifiques sont alors combinés : température, pression, humidité et pH.  
Les racines de ginseng prennent alors la couleur brunâtre ou rougeâtre qui les caractérise. D’où l’appellation « ginseng rouge ».

 

[2] «Pour obtenir un ginseng blanc de qualité, la récolte doit se faire à 4 ans d’âge, et à 6 ans pour le ginseng rouge»             
> C'EST FAUX             


Sur le marché des compléments alimentaires, de nombreux vendeurs peu scrupuleux ne se donnent pas la peine de mentionner l’âge des racines (ni le taux de ginsénosides sur leurs produits ou au contraire utilisent ces caractéristiques, souvent erronées, pour faire flamber les prix) !              
Nos études du végétal et de son cycle de développement ont permis de valider l’âge optimal de la récolte des racines : 6 ans. Oui, il faut réellement compter 6 ans pour obtenir un ginseng de qualité, riche en ginsénosides (principes actifs du ginseng). Au-delà ou en deçà, le taux de principes actifs est plus faible.        

Afin de garantir l’efficacité de tous nos compléments alimentaires, nous n’avons pas souhaité proposer de variation dans l’âge des récoltes. Du 6 ans d’âge pour tous nos produits, un point c’est tout – pour que nos plantes vous donnent réellement le meilleur d’elles-mêmes.     
 

[3] «Le ginseng rouge est plus dynamisant que le ginseng blanc»         
> C'EST VRAI

Utilisé depuis des millénaires en pharmacopée chinoise, la réputation du ginseng rouge n’est plus à faire. Même si le ginseng blanc et le ginseng rouge possèdent des vertus similaires car issus de la même plante (le Panax ginseng CA Meyer), l’efficacité du ginseng rouge est pourtant potentialisée.   

C’est en fait très simple : le procédé de transformation utilisé améliore la biodisponibilité des molécules actives de la plante. Le ginseng rouge permet alors une meilleure absorption des ginsénosides par l’organisme. En effet, notre recherche et développement nous a permis de démontrer que le temps d’assimilation du ginseng rouge était jusqu’à 2 fois plus rapide que celui du ginseng blanc !       

Vous vous demandez pourquoi ? C’est scientifiquement prouvé !         
Explications
              

Les principes actifs du ginseng s’appellent les « ginsénosides », famille des saponines et ne sont pas présents naturellement dans notre organisme. Il y en a plus de 150 identifiés dans les différents tissus de la plante.     

Si nous regardons en détails la structure ou le squelette d’un ginsénoside, il est composé d’atomes de carbone, d’oxygène, d’hydrogène (groupement hydroxyle).  Des sucres sont également liés à ce squelette.

Au cours de la digestion, certains ginsénosides sont transformés par l’estomac pour créer de nouvelles molécules de la même famille. Ces dernières, et plus particulièrement les ginsénosides nommés F2, CK, Rh1, F1, Rg3 et Rh2 sont hautement assimilables par l’organisme. On retrouve même leurs traces lors d’analyses sanguines !

L’assimilation des ginsénosides par notre organisme : un voyage en plusieurs étapes

La première est réalisée par votre estomac qui libère une partie des sucres accrochés aux ginsénosides : de nouveaux ginsénosides apparaissent, d’autres disparaissent et la teneur totale en glucides augmente !                              

Pour faciliter l’assimilation du ginseng rouge par l’organisme, ce premier travail est déjà réalisé par le traitement naturel des racines. Lorsque les molécules du ginseng rouge arrivent dans votre estomac, elles sont donc déjà libérées d’une très grande partie de leurs sucres naturels. L’estomac est donc peu sollicité et les ginsénosides arrivent beaucoup plus rapidement dans l’intestin !          

Deuxième étape : Les bactéries de la microflore intestinale terminent la séparation des sucres avec les ginsénosides ! La transformation des principes actifs est ici achevée !   
Pour le ginseng rouge, déjà séparé de la majorité des sucres greffés, le temps nécessaire à cette étape est divisé par 2.

La troisième étape d’assimilation par l’organisme peut alors commencer ! Les ginsénosides migrent dans le sang, par le passage de la paroi intestinale. Ils entrent dans le flux sanguin et agissent sur votre organisme.

Ce processus d’assimilation des ginsénosides dure plusieurs heures. En fonction des individus, il peut aller de 2h à plus de 10h ! Ce mécanisme justifie l’usage du ginseng en cycle de plusieurs jours pour laisser le temps à l’organisme d’accumuler les principes actifs.           
La durée des prises est généralement recommandée sur 20 à 90 jours !
 

[4] «Le ginseng blanc est la manière la plus naturelle de consommer du ginseng»       
> C'EST VRAI !

Oui, car plus de 150 ginsénosides sont laissés à l’état naturel par la déshydratation à basse température qui les préserve intact. Ils ont donc leur propre équilibre naturel !

Nous avons souvent tendance à réduire la plante à un principe actif ou une indication. C’est oublier qu’une plante contient des centaines de composés agissant en synergie sur nos organismes ! En phytothérapie, c’est ce que nous appelons le « totum » de la plante : l’ensemble de ses actifs est plus efficace que l’addition de l’activité de chaque actif isolé !  
Autrement dit : 1 + 1 = 3... et même plus !         
Surtout pour le ginseng, plante adaptogène, qui possède une richesse moléculaire très importante à l’origine de ses nombreuses propriétés.    

Le procédé utilisé pour obtenir du ginseng rouge conserve également ce totum mais modifie la structure moléculaire des ginsénosides existants pour les rendre davantage bio-assimilables par l’organisme, plus stimulants.             
              
Nos poudres de ginseng blanc et rouge restent des produits naturels sans extraits (totum préservé), sans adjuvants, sans conservateurs, sans colorants, sans sucres ajoutés et sont naturellement sans gluten. 
Nos plantes sont cultivées sous règlementation agricole française, la plus stricte au monde, et soumises au cahier des charges de l’agriculture biologique française (en conversion bio).

              
[5] «Le ginseng cultivé en Corée est plus efficace que le ginseng cultivé en France»    
> C'EST FAUX !      


L’espèce que nous cultivons en France, le Panax ginseng CA Meyer est la même espèce que celle cultivée en Corée et en Chine.
Grâce à notre R&D, nous avons réussi à appréhender les besoins pédoclimatiques de nos plantes pour leur permettre un développement optimal en pleine terre. En France, nous avons la chance de retrouver des dizaines de climats et typologies de sols différents. Cette diversité nous a permis de sélectionner des lieux de productions optimaux et de définir des itinéraires culturaux adaptés.             

Produire en France, c’est également devoir se plier au cadre réglementaire le plus strict au Monde (là où la règlementation asiatique est plus souple en matière de pesticides – que les produits soient estampillés Agriculture Biologique ou non).       
Résultat : une plante qui trouve son juste équilibre dans un environnement sain et un contexte de production naturel (désherbage manuel et mécanique, rotations culturales, luttes intégrées, etc…). Des produits tracés et sécurisés qui affichent une teneur en ginsénosides jusqu’à 4 fois supérieure aux autres produits présents sur le marché.
 

[6] «L’extrait de ginseng rouge est reconnu comme plus efficace que les poudres»     
> C'EST FAUX !          


Le ginseng que nous trouvons aujourd’hui sur le marché est souvent présenté sous forme « d’extrait » et l’utilisation de cette technique est loin d’être anodine.  
L’extraction végétale consiste à séparer les ginsénosides (principes actifs du ginseng) des tissus fibreux de la plante (membrane cellulaire) grâce à des solvants liquides. Et avec cette technique, le risque de contamination existe !  
Effectivement, la technique d’extraction regroupe toutes les molécules ayant des caractéristiques physiques similaires. Les molécules de pesticides et métaux lourds peuvent donc en faire partie…. Enfin, il arrive également de retrouver des traces de solvants dans le produit final ou dans la matière végétale après traitement.        
              
Autre limite à ne pas négliger : la perte du totum de la plante ! Pour le ginseng, ce sont souvent les 8 ginsénosides principaux qui sont extraits. Ce qui est bien dommage lorsque nous connaissons la richesse moléculaire de la plante !           
L’extrait de ginseng rouge n’est donc pas plus efficace que les poudres qui ne subissent aucun traitement chimique et représentent la forme la plus proche de la plante à l’état naturel !

Conclusion
Les poudres de ginseng blanc et rouge sont toutes deux d’excellents produits naturels pour améliorer votre bien-être, vos fonctions cognitives, vos performances physiques, votre immunité, et pour vous apporter des effets énergisants et antioxydants.            
Le choix vous appartient maintenant 😊            
N’hésitez pas à nous appeler si vous souhaitez échanger avec nous sur vos besoins avant de passer commande, notre équipe se tient à votre disposition au 09 72 62 84 34 ou par mail contact@jardins-occitanie.fr

livraison offerte En 3 jours ouvrés et neutre en CO2 (en France métropolitaine)
Paiement sécurisé Via carte bancaire, Mastercard ou Visa
SATISFAITS OU REMBOURSÉS Insatisfait par l'efficacité d'un produit ? Écrivez-nous, on vous rembourse !
vous avez une question ? Notre équipe vous répond en FAQ ou par mail sur contact@ananda.paris.
  • livraison offerte En 3 jours ouvrés et neutre en CO2 (en France métropolitaine)
  • Paiement sécurisé Via carte bancaire, Mastercard ou Visa
  • SATISFAITS OU REMBOURSÉS Insatisfait par l'efficacité d'un produit ? Écrivez-nous, on vous rembourse !
  • vous avez une question ? Notre équipe vous répond en FAQ ou par mail sur contact@ananda.paris.